Incarne un cheval sauvage et vis ta vie.
 

Partagez | .

 

 TYBALT ♂ LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Khaos
Cheval Mythique
Cheval Mythique

PROFIL Féminin
Messages : 8640
Age : 25
Pseudo : Topaze
Ici depuis : 01/06/2013
RPG
Caractéristiques
Rôle: Solitaire
Relations:
Bloc-Notes:
MessageSujet: TYBALT ♂ LIBRE   Jeu 6 Aoû 2015 - 22:07

NOM : Tybalt
ÂGE : 7 ans
SEXE : mâle
TERRITOIRE : royaume des sables

HISTOIRE : Quand on conte une histoire, on dit généralement qu’il faut commencer par le début de celle-ci. C’est un conseil judicieux, et je vais m’efforcer d’en tenir compte. Voyez l’histoire de Roméo et Juliette ? La mienne en est inspirée.
Je suis le bras de leur vengeance, le fils de leur violence, le fils de la haine et du mépris.


Je vous place le décor : des contrées lointaines, deux troupeaux rivaux depuis des décennies, deux héritiers, une guerre sans fin, une histoire d’amour qui aurait pu devenir un véritable conte de fées – si je n’avais pas été là. Juliette, ma cousine, fille du dominant, destinée à se trouver un bel et vaillant étalon – que j’aurais pu incarner si je n’avais pas été son cousin –, Roméo, le « fils de » du troupeau adverse, un chien que je ne peux voir en peinture. Et moi, Tybalt, cousin de Juliette, éduqué par des parents débordant de haine pour le troupeau d’en face. L’enfance est plus troublante quand tout est faux, on m’a volé la mienne. Elevé dans le vice et le mépris, je me suis entouré de quelques amis, aussi cyniques que moi. On m’a fait grandir pour devenir un guerrier, un guerrier provocateur, un qui n’a peur de rien. Les coups que je prends, je m’en fous, je me relève toujours après. Je suis comme un mur de brique, rien ne peut me faire tomber. On m’a dit « les autres veulent la guerre tu la voudras aussi. » Je prenais les gens de haut, violais des juments pour satisfaire mes désirs, je me prenais pour le roi du monde. Et j’ai grandi à l’ombre des sentiments. Jusqu’au jour où…
Tous les désirs, tous les plaisirs je les connais donc je suis un amant excellent. Les blondes, les brunes, toutes sauf une, la seule qui compte.


Un matin de printemps, à l’ombre d’un saule, elle était là, seule, se baignant dans une eau fraîche et pure. Je garderai cette image en tête toute ma vie, elle était belle, immaculée, elle sifflotait une douce mélodie. Ce jour-là, je suis tombé amoureux d’elle. Moi, son cousin, j’étais tombé amoureux de Juliette. Je m’en étais approchée, doucement, elle avait tourné la tête et ricané en me voyant. Nous avions toujours eu de bons rapports, mais elle ne me voyait pas comme je la voyais, elle, et pas une autre. Grâce à elle, je compris que je n’étais pas handicapé des sentiments, comme je l’avais toujours cru. Mais c’est une vieille histoire, la vérité est bien plus cruelle. Ce jour-là donc, elle avait besoin de se confier, et j’étais là. Je l’avais rejointe dans l’eau, elle pétillait de bonheur. Qu’as-tu de si important à me raconter ? lui avais-je demandé. Et là, c’était le début de la fin. Roméo s’était approché d’elle, Roméo lui avait avoué l’amour qu’il avait pour elle, Roméo était prêt à s’enfuir avec elle pour qu’ils passent des jours heureux, rien que tous les deux, Roméo, Roméo, Roméo… Et j’avais écouté ça, jusqu’à la fin. Je l’avais écouté me confesser qu’elle en était folle, elle aussi, qu’elle comptait accepter sa proposition et partir loin du troupeau, loin de moi… Je l’ai vue grandir, je la vois partir avec lui. Mais je ne pouvais pas laisser passer ça. Il me fallait trouver une solution. Eradiquer Roméo, le supprimer, l’effacer du paysage.
Cher ami oui je vais te tuer, non, te blesser, comme elle me blesse, Juliette, je vais te faire payer ta faiblesse.


Les jours passaient et elle m’en parlait toujours plus. Je les voyais se tourner autour, essayant d’être discrets, ils me filaient la nausée. Je mourrais de jalousie. Juliette l’aimait lui, je pouvais aller me faire voir, je pouvais retourner baiser la première qui passait, rien n’importait plus. Mourir de jalousie, c’est mourir d’amour aussi. J’avais besoin d’une occasion, une seule, et Juliette pourrait être mienne. Jusque-là, je retournai à ma vie de débauche, à l’ombre des sentiments. Mon masque de glace ne me quittait pas. J’étais cynique, moqueur, provocateur, violent, rien n’avait changé, rien ne pouvait laisser penser que je mourrais d’amour pour ma douce parente. Ne me parlez pas d’honneur, c’est par amour que les hommes meurent. Et un jour vint, j’eus la chance que j’attendais tant. Figurez-vous que j’avais – malencontreusement, bien sûr – tué le meilleur ami de ce traître et celui-ci avait voulu me rendre la pareille. Il m’avait provoqué en duel, l’imbécile. J’avais choisi le lieu de rendez-vous. C’est le jour où les hommes se battent, le jour où l’orage éclate. D’un coup féroce à la jugulaire, j’avais entendu les os de sa mâchoire craquer, d’un coup brutal aux antérieurs, j’avais entendu ses os se briser. Je l’avais terminé alors qu’il était à genoux devant moi, quelle scène adorable. Agonisant, je l’avais abandonné, j’étais rentré victorieux au troupeau. Tous mes gens étaient fiers de moi, tous ? Non, bien sûr, l’irrésistible, l’exquise Juliette était au bout de sa vie. Elle pleurait toutes les larmes de son corps et je m’empressais de venir la réconforter, offrant sans hésiter mon épaule musclée. Les jours passaient et sa peine s’empirait de jour en jour. Les semaines passaient et vint le moment où elle décida de nous quitter. Douce fleur immaculée, elle avait préféré se tuer par amour pour son bel étalon que de continuer une belle vie à mes côtés. Elle avait préféré me quitter, moi, fou d’amour pour elle. Je ne me suis jamais remis de cette mort-là, je pense à elle jour et nuit, j’en fais des cauchemars, elle me hante. Parfois, je l’entends me parler, de là-haut, elle me dit des choses atroces, reproche l’égoïsme de mon acte, moi qui pensais à notre bonheur. Suite à cela, j’ai été banni de mon troupeau, contraint à quitter mes terres pour en habiter de nouvelles. Et me voilà aujourd'hui, frôlant le sable de l’Egypte.


CARACTÈRE : Vous l’avez compris, il vous a conté son histoire, Tybalt est un étalon vicieux, provocateur, violent, sadique, cynique, fou. Et oui, la folie l’a gagné depuis la mort de sa bien-aimée. Parfois il parle seul, ou avec elle. Parfois il erre sans savoir où il va, persuadé qu’il la retrouvera. Parfois il oublie qu’elle l’a quitté. Parfois il se persuade qu’elle l’a aimé. Les souvenirs que l’on s’invente sont les plus beaux. Il est perdu, troublé, torturé. Le seul moyen qu’il trouve pour remédier à ça, c’est la colère. Au fond, c’est rien d’autre qu’un mec paumé, mais ça, il ne le comprendra pas tout seul. A force de n’avoir été élevé que dans la haine et le mépris, il ne connaît rien d’autre. Bonne chance pour percer sa carapace. Et à vos risques et périls si vous le croisez sur votre chemin.

AIME : Juliette, le sang, la nuit.
AIME PAS : Roméo, l’amour, les niaiseries.

Photo :

Spoiler:
 

(personnage fait par previous I love you)

_________________
(En pause)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 

TYBALT ♂ LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» eau libre
» nouvelle poudre libre HD
» presse libre, l'appel de la colline
» les 6 mois de complement de libre choix de garde (la paje)
» Lecture libre et gratuite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galop Sauvage :: 
Hors-Jeu
 :: Présentations :: Personnages Prédéfinis
-