Incarne un cheval sauvage et vis ta vie.
 

Partagez | 
 

 jailhouse rock | solo tsunami

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Tsunami
waiting for you to
hear my song


MESSAGES : 9494
INSCRIPTION : 30/04/2014

ÂGE : 18
PSEUDO : mojo


Caractéristiques
INFOS:
INFOSP1P2
NOMHEKÂTSUNAMI
AGE3 yo5 yo
SEXEfemalefemale
GROUPEshaanla tribu
COMBAT33/3350/50

INFOS:
INFOSP3P4
NOM
AGE
SEXE
GROUPE
COMBAT

MessageSujet: jailhouse rock | solo tsunami   Sam 3 Nov 2018 - 15:29

JOUR_01
Dégage de là. Arrête de me regarder comme ça. Bientôt je sortirai d'ici et tu seras la première à mourir. Un sourire sardonique étire les lèvres de Tsunami, et son regard arrogant suit le reflet de la robe dans la pénombre de la cellule. Tu ne peux pas me tuer. Si tu sors, c'est toi qui meurs, répond-elle avec un calme moqueur. La prisonnière ne répond rien, mais on peut sentir, presque palper, la fureur qui émane d'elle. Cela fait plusieurs mois déjà que la captive est enfermée dans la Roche-Mère, mais c'est la première fois qu'on assigne Tsunami à la tâche. Elle a seulement aperçu l'otage le jour où il l'ont capturée, elle avait visiblement été assommée. Elle avait insisté pour la prendre en charge, il y a quelque chose qui la pousse vers elle. Personne ne vient te chercher, on dirait. Tu n'es pas importante pour eux. Vous ne valez rien. On va tous vous détruire, dit-elle en ricanant. Si tu savais le nombre de fois où on m'a dit ça ... Ça ne me fait plus rien, maintenant. Depuis qu'elle est là, personne n'a rien obtenu d'elle. Ses secrets sont condamnés. Rien ne semble la pousser à parler, pas même la faim, ou la solitude. Elle est dans un sale état. Ils ont essayé la torture, pour voir ? Peut-être que tu parlerais un peu plus, lâche-t-elle avec un sourire carnassier. Pas de réponse, mais les yeux luisent dans l'obscurité. Ils l'auraient donc fait, mais elle n'aurait rien dit ? Si je te donne mon nom, tu me donnes le tien ? Sa voix se fait hésitante, presque enfantine. Elle entend un soupir. Oui. Tsunami. Un ricanement triomphal. Tu pensais vraiment que ça marcherait ? J'en n'ai rien à faire, de ton nom. Vous ne saurez jamais rien de moi. Les oreilles de Tsunami se plaquent contre sa nuque. Elle vient de se faire berner comme une débutante. Puisque t'as pas de nom, je vais t'en donner un, moi. Tu vas t'appeler Lombre, maintenant. Sans attendre de réponse ou de réaction, la championne s'éloigne avec mauvaise humeur vers sa couche, assez loin pour ne pas être trop dérangée par la captive, mais assez près pour la surveiller. Pour la peine, elle ne lui parle plus. On verra si l'exclusion aura un effet sur elle. Elle jette un dernier regard aux membres de sa Tribu dans la salle principale, et la nuit qui est tombée vite, et les étoiles dehors, avant de s'allonger, l'esprit en ébullition. Elle reste à fixer la faible agitation et les derniers murmures pendant une vingtaine de minutes, puis la fatigue et son corps refroidi l'endorment.

_________________


↠ I GOT SO ANGRY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME IT FEELS SO WEIRDLY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME. BLANK STARING AT THE PEOPLE AND THEY'RE STARING AT ME AND NOTHING IS EVER REALLY MAKING SENSE TO ME. I'M JUST TALKING TO THE PEOPLE AND THEY'RE TALKING TO ME, BUT WHAT THEY'RE SAYING ISN'T MAKING ANY SENSE TO ME. (ANGRY ME, GRAHAM COXON)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tsunami
waiting for you to
hear my song


MESSAGES : 9494
INSCRIPTION : 30/04/2014

ÂGE : 18
PSEUDO : mojo


Caractéristiques
INFOS:
INFOSP1P2
NOMHEKÂTSUNAMI
AGE3 yo5 yo
SEXEfemalefemale
GROUPEshaanla tribu
COMBAT33/3350/50

INFOS:
INFOSP3P4
NOM
AGE
SEXE
GROUPE
COMBAT

MessageSujet: Re: jailhouse rock | solo tsunami   Dim 4 Nov 2018 - 23:37

JOUR_02
Tsunami entre en silence dans la prison, en fin d'après-midi. Seul un souffle calme et régulier se fait entendre : on dirait bien que l'otage s'est endormie. Elle décide d'attendre, mais s'ennuie déjà rien qu'à y penser. Alors elle prend les fruits qu'elle a ramenés et les balance avec le plus de force possible dans la cellule, autant pour réveiller la prisonnière que pour réduire son repas en bouillie pleine de poussière. Tsunami avait résisté toute la journée à interagir avec elle, mais c'est elle-même qui a perdu patience en premier, et elle n'aime pas attendre. Sa petite scène a l'effet escompté. Le souffle se modifie pour prendre une grande inspiration encore ensommeillée, et le reflet des dernières lueurs sur deux prunelles apparaît. Elle ne parvient pas encore à en déceler la couleur. Peut-être que si Lombre approchait un peu ... Je t'ai amené à manger, lâche-t-elle d'une voix abrupte, avec un petit rictus méprisant. Elle a vraiment envie de la faire sortir de ses gonds aujourd'hui, pour se venger de la veille. Je ne suis pas aveugle, l'entend-elle grogner. Wow, tu viens de laisser échapper un secret, là. Fais gaffe, je sais des choses sur toi maintenant. La femelle bouge enfin et lève son corps poussiéreux. Tsunami la regarde se déplacer, engourdie, vers les fruits écrasés. Mais au lieu d'aller les chercher, elle s'approche de la seule barrière qui la sépare de la championne grise : une pierre qui ne peut être bougée que de l'extérieur, par-dessus laquelle, avec un peu de volonté, on peut passer la tête. Le regard de la prisonnière se braque, menaçant, dans le sien. Mais la seule chose que ça provoque à Tsunami, c'est un sourire de défi. Elle observe sans ciller les deux yeux - dorés, donc - électriques. Tu ferais mieux de manger, avant que ça prenne la poussière et que les insectes le bouffent, grince-t-elle. Sans se départir de sa mine haineuse, la captive se retourne pour manger, silencieuse. Tsunami observe avec attention ce qu'elle peut voir, c'est-à-dire l'éclat terne de sa robe dorée et la poussière qui rend grise ses crins de jais. C'est comme si elle apprenait des choses sur elle, à son insu. T'as jamais rien à répondre quand je te provoque, ça te dérange pas d'être traitée comme de la merde ? Silence radio, seuls les bruits de sa mâchoire persistent. J'ai autre chose à faire que gaspiller mon énergie à rentrer dans le jeu d'une ... chieuse en manque d'animation. Tsunami serre les mâchoires. Même si on lui a déjà parlé de nombreuses fois sur ce ton, ça ne cessera jamais de la vexer. Mais elle garde ses répliques volcaniques pour elle ; pour qui passerait-elle si elle perdait son calme face à un misérable otage inutile ? Parce que t'as autre chose à faire, peut-être ? Soupir excédé de Lombre. Réfléchir à la façon dont je vais tous vous tuer quand je sortirai de ce trou à rats. Les menaces de mort sont toujours ce qui amuse le plus Tsunami. Elle en reçoit tellement, et ils finissent tous par cracher du sang à ses pieds en attendant le coup final. T'as le temps d'y réfléchir, alors. Toi et tout ton peuple, vous n'aviez qu'à pas envahir notre pays. Il lui semble que la captive s'est retenue de lui répondre quelque chose, mais, comme souvent, pas de réponse. Sacrée patience, quand même. Le genre de qualité que Tsunami n'aura jamais. Mais elle a l'esprit de compétition. Et elle se promet, là, tout de suite, elle se jure que ce n'est pas elle qui craquera en premier. Elle entend Lombre ricaner doucement. Vous pouvez toujours tenter de les impressionner avec vos prises d'otage ridicules, ils ne bougeront pas d'ici. Pas de réponse utile, en tout cas. Au tour de Tsunami, de soupirer. Avec le temps, tu verras que les menaces ça ne marche pas, avec moi. J'en n'ai rien à faire, de toi. Celle-ci était facile. En attendant, la prisonnière ne s'est toujours pas énervée. La championne ne perçoit rien, sinon une haine silencieuse. Pas étonnant, venant d'un otage. Peut-être que ce n'est pas la bonne méthode pour la faire parler. Bientôt, plus rien n'est visible dans les caves de la Roche-Mère, le soleil s'est couché. La Tribu rentre pour se reposer de sa journée, comme tous les soirs. Et pourtant, la tension fourmille dans tous les corps. Même Marbre, parfois, est submergée par des terreurs, la nuit. Ils ont peur. Peur de mourir, d'être chassés comme ils l'ont déjà été, bien avant sa naissance. Un mouvement la tire de ses pensées. Lombre est déjà repartie au fond de sa cellule pour se recoucher. Elle n'a rien d'autre à faire, de toute façon, et Tsunami se doute qu'elle a déjà prononcé ses derniers mots de la journée. Elle ne ment pas, quand elle dit qu'elle s'en fiche. La championne appelle Grenat pour la remplacer, et s'échappe pour une balade nocturne.

_________________


↠ I GOT SO ANGRY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME IT FEELS SO WEIRDLY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME. BLANK STARING AT THE PEOPLE AND THEY'RE STARING AT ME AND NOTHING IS EVER REALLY MAKING SENSE TO ME. I'M JUST TALKING TO THE PEOPLE AND THEY'RE TALKING TO ME, BUT WHAT THEY'RE SAYING ISN'T MAKING ANY SENSE TO ME. (ANGRY ME, GRAHAM COXON)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tsunami
waiting for you to
hear my song


MESSAGES : 9494
INSCRIPTION : 30/04/2014

ÂGE : 18
PSEUDO : mojo


Caractéristiques
INFOS:
INFOSP1P2
NOMHEKÂTSUNAMI
AGE3 yo5 yo
SEXEfemalefemale
GROUPEshaanla tribu
COMBAT33/3350/50

INFOS:
INFOSP3P4
NOM
AGE
SEXE
GROUPE
COMBAT

MessageSujet: Re: jailhouse rock | solo tsunami   Lun 5 Nov 2018 - 14:16

JOUR_03
C'est déjà l'aube quand Tsunami rentre à la Roche-Mère. Elle reçoit les regards suspicieux avec indifférence et se dirige à grands pas vers les cellules. Sans savoir pourquoi, elle a attendu toute la nuit que le jour se lève et que Lombre se réveille. Peut-être parce qu'elle est la seule présence qui reste toujours là, en quelque sorte, à l'attendre. Même si elle n'a pas vraiment le choix et qu'elle ne l'attend pas vraiment. Sa crinière revêche flotte sur son encolure et ses sabots claquent dans la grande salle qu'elle traverse vivement. Elle dépasse les couloirs et cavités pour arriver dans celle des cellules. Elle appelle Grenat à la volée, dont elle entend les pas hésitants derrière elle. J'ai besoin que tu m'aides à ouvrir la cage de Lombre. L'ombre ? répète-t-il. Elle a oublié qu'elle n'a dit à personne qu'elle avait appelé la captive comme ça. L'otage. Grenat s'exécute, mais garde un air sceptique. Tsunami n'en dit pas plus, et ils commencent à pousser la pierre, qui fait grésiller la poussière et le sable au sol. Elle entend Lombre se réveiller en sursaut. Elle entre dans la cellule et a à peine le temps d'habituer ses yeux à l'obscurité que la femelle est déjà debout et bondit vers la sortie dans un élan désespéré. Mais Tsunami est réactive et se jette juste devant elle, les oreilles couchees sur sa nuque et l'oeil féroce. Tu crois vraiment que tu peux t'éch ... Les mâchoires de Lombre se referment sur son encolure et tentent de la pousser vers le sol. Furieuse d'avoir été surprise et que cette folle ose l'attaquer ainsi, Tsunami éclate sans préavis et repousse violemment avant de se jeter sur elle et de mordre et frapper jusqu'à sentir le sang couler. Mais Lombre est réellement coriace ! C'est comme si elle avait caché son jeu depuis tout ce temps, et la championne ne s'en est même pas rendue compte. Elle tente de lui arracher des cris de douleur, de lui faire le plus mal possible. Elle pourrait très bien la tuer, là, avec un peu d'application. Tsunami perd vite le contrôle, tellement sa colère est grande. Ses sabots s'abattent frénétiquement sur la captive, ses dents veulent arracher la peau, oubliant les coups sur sa tête, ses côtes et son poitrail. C'est Grenat qui est obligé de les séparer avec de grands hurlements. Lui aussi, il commence à l'énerver. Elle commence à se retourner pour lui faire la peau, mais se rappelle soudainement dans quel camp elle est et s'écarte brutalement de la scène combat, assassinant Lombre du regard. Elle n'a rien à dire mais se promet de lui mener la vie dure, peut importe si elle l'est déjà. T'aurais jamais dû faire ça, crache-t-elle, comme le sang qui a coulé dans sa bouche. Elle n'a jamais vu le regard de Lombre aussi noir. T'aurais fait quoi, toi, si l'occasion de voir la lumière pour la première fois depuis des mois se présentait ? répond Lombre avec la même fureur. Tsunami renifle avec mépris. Elle n'a rien à répondre, et malgré toute la mauvaise foi que sa colère peut lui donner, elle ne peut s'empêcher de s'imaginer être à la place de leur otage, seule et entourée d'inconnus hostiles. Pour autant, hors de question qu'elle avoue quoi que ce soit. Tais-toi ! Je suis la seule à poser les questions. Lombre semble encore plus faible qu'avant. La grise quitte rageusement la cellule, et la referme derrière elle avec Grenat, dégoûtée d'avoir dû en venir aux coups avec elle.

_________________


↠ I GOT SO ANGRY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME IT FEELS SO WEIRDLY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME. BLANK STARING AT THE PEOPLE AND THEY'RE STARING AT ME AND NOTHING IS EVER REALLY MAKING SENSE TO ME. I'M JUST TALKING TO THE PEOPLE AND THEY'RE TALKING TO ME, BUT WHAT THEY'RE SAYING ISN'T MAKING ANY SENSE TO ME. (ANGRY ME, GRAHAM COXON)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tsunami
waiting for you to
hear my song


MESSAGES : 9494
INSCRIPTION : 30/04/2014

ÂGE : 18
PSEUDO : mojo


Caractéristiques
INFOS:
INFOSP1P2
NOMHEKÂTSUNAMI
AGE3 yo5 yo
SEXEfemalefemale
GROUPEshaanla tribu
COMBAT33/3350/50

INFOS:
INFOSP3P4
NOM
AGE
SEXE
GROUPE
COMBAT

MessageSujet: Re: jailhouse rock | solo tsunami   Mer 7 Nov 2018 - 23:33

JOUR_04
La veille, elle avait continué de surveiller Lombre toute la journée, sans décrocher un mot. Elle était tellement en colère qu'elle avait envoyé balader tous ceux qui avaient le malheur de croiser son chemin. Elle prend cette mission très à cœur, et les coups de ce genre sont forcément à prévoir, ainsi que ses réactions explosives et souvent enfantines. Tsunami a toujours été une enfant, malgré son statut sordide. Donc oui, elle boudait. Mais tout comme une enfant, elle n'a aucune patience et a fini par s'ennuyer. Et ce matin est un autre jour. J'ai faim. Les oreilles de la championne se dressent sur sa tête, encore ensommeillée. J'ai faim, tonne la voix, plus forte, plus ferme. C'est la première fois que Lombre est debout avant elle. Elle aperçoit ses petits yeux pâles la fixer de l'autre bout de la salle. Arrête ça, j'y vais, grogne Tsunami en se levant péniblement. Elle va chercher quelques vivres, pour elle et pour la prisonnière, répondant à peine le bonjour à ceux qui lui disent, enjambant des corps encore plongés dans le sommeil. Comme toujours, elle prend soin de les balancer le plus fort possible dans la cellule de Lombre pour les abîmer, ignorant son regard assassin, et s'installe pour manger. Une fois le repas terminé et que le silence du matin se fait dans la prison, Tsunami dresse l'oreille. La respiration de la captive est étrange, difficile. Elle s'approche de la cage et passe sa tête par-dessus la pierre, pour y voir Lombre dont la robe poussiéreuse est maculée de sang séché, de sueur et d'hématomes de la veille. Les yeux dorés ne cessent de la fixer, à l'affût, comme ceux d'une chouette dans la nuit. Qu'est-ce que tu regardes ? crache-t-elle. Tu as besoin de soins. Sans attendre de réponse, Tsunami s'échappe pour aller quérir l'aide de Taïga. Lui saura forcément panser ses blessures. La championne ne sait que les créer, et voir l'état aggravé de Lombre lui prouve une nouvelle fois qu'elle ne sait que frapper. Élevée pour ça, uniquement capable de ça, comme l'a été son père avant elle. Et le pire, c'est qu'elle aime le faire. Elle aime être la championne. La grise tait ses sombres pensées quand elle arrive devant l'antre de Taïga. Comme d'habitude, il ne sourit pas, ne montre aucune trace de sympathie ou de compassion. Pourtant, c'est lui qui sauve les vies, le seul. Et c'est aussi sûrement le plus sage et le plus juste, étrange esprit qu'il est. Tsunami et lui ouvrent la cage de Lombre, et Taïga fronce le nez. Elle est sale et elle sent mauvais, claque-t-il, dur et impassible. A qui la faute, rétorque alors la prisonnière. Malgré son attitude menaçante, elle a l'intelligence de recevoir les soins sans broncher, et Tsunami constate même que son corps se détend. Rapide et efficace, après avoir laissé quelques herbes pour une cure, Taïga s'en va aussi vite qu'il est venu, sans un mot. Mais Tsunami retient pourtant les seuls qu'il a dit. Lombre a beau être un otage, elle doit être traitée comme un congénère égal, pas comme un rat. Quand il sera très tôt ou très tard, quand personne ne la verra, Tsunami emmènera la prisonnière à la Source de Cristal. Peut-être même qu'elle parlera plus facilement.

_________________


↠ I GOT SO ANGRY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME IT FEELS SO WEIRDLY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME. BLANK STARING AT THE PEOPLE AND THEY'RE STARING AT ME AND NOTHING IS EVER REALLY MAKING SENSE TO ME. I'M JUST TALKING TO THE PEOPLE AND THEY'RE TALKING TO ME, BUT WHAT THEY'RE SAYING ISN'T MAKING ANY SENSE TO ME. (ANGRY ME, GRAHAM COXON)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tsunami
waiting for you to
hear my song


MESSAGES : 9494
INSCRIPTION : 30/04/2014

ÂGE : 18
PSEUDO : mojo


Caractéristiques
INFOS:
INFOSP1P2
NOMHEKÂTSUNAMI
AGE3 yo5 yo
SEXEfemalefemale
GROUPEshaanla tribu
COMBAT33/3350/50

INFOS:
INFOSP3P4
NOM
AGE
SEXE
GROUPE
COMBAT

MessageSujet: Re: jailhouse rock | solo tsunami   Jeu 8 Nov 2018 - 12:30

JOUR_05
Contrairement à Lombre, en pleine guérison et sous l'effet de somnifères, Tsunami a à peine dormi. Il doit être environ 3 heures du matin, un peu moins ou un peu plus. Mais c'est l'heure, c'est maintenant qu'il faut y aller. Toute la Tribu dort, du moins elle l'espère. Elle se lève silencieusement et rejoint la cellule de la prisonnière. Lombre, la hèle-t-elle, de sa voix la plus discrète. Trop discrète, car la femelle ne montre aucune réaction, plongée dans un profond sommeil. Lombre ! Toujours rien. Elle attrape un caillou pour le lui lancer dessus, et la captive se réveille enfin, et ses petits yeux hargneux, encore flous par ce réveil soudain, s'ouvrent pour toiser Tsunami. Qu'est-ce que tu veux ? gronde-t-elle, sans se départir de la position dans laquelle elle dormait. On va sortir pour ... te laver. Tu pues, Lombre. Elle n'allait quand même pas montrer le bon sentiment qui l'habite. Et cette sortie interdite excite son esprit toujours à la recherche d'expériences. Le regard de la prisonnière change radicalement, et s'illumine littéralement d'espoir et de joie. Bon sang, ça fait si longtemps qu'elle est coincée ici, son engouement est compréhensible. Ça ferait presque sourire Tsunami. Vraiment ? grince-t-elle soudain, méfiante. Oui, vraiment ! répond la championne d'un ton indigné. Aide-moi à ouvrir ta cellule. Lombre s'exécute, toute trace de sommeil disparue de son corps. Elle se met à pousser la pierre avec toute la ferveur qu'elle peut, et Tsunami aussi. La tâche est difficile, mais elles y parviennent en quelques minutes. Lombre s'en échappe vite, comme si Tsunami pouvait changer au dernier moment. Ne fais surtout pas de bruit. Sinon elles sont toutes les deux dans la merde. Je ne suis pas idiote. Les deux juments rejoignent la sortie lentement, silencieusement, marchant sur la mousse pour étouffer leurs pas, et quittent finalement la Roche-Mère.

_________________


↠ I GOT SO ANGRY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME IT FEELS SO WEIRDLY LATELY, DON'T KNOW WHAT'S WRONG WITH ME. BLANK STARING AT THE PEOPLE AND THEY'RE STARING AT ME AND NOTHING IS EVER REALLY MAKING SENSE TO ME. I'M JUST TALKING TO THE PEOPLE AND THEY'RE TALKING TO ME, BUT WHAT THEY'RE SAYING ISN'T MAKING ANY SENSE TO ME. (ANGRY ME, GRAHAM COXON)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: jailhouse rock | solo tsunami   

Revenir en haut Aller en bas
 
jailhouse rock | solo tsunami
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» groupe de rock avec chant normand
» REBEL ROCK
» Nouvelle alerte au tsunami dans le Pacifique, pas de dégâts.
» Rock your baby !!
» Plusieurs morts dans un tsunami aux Salomon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galop Sauvage :: L'ÎLE - inaccessible :: ROCHE-MÈRE-
Sauter vers: